· 

DEVENIR SOI MEME : pourquoi ne suis je pas moi ?

 

Être soi-même, c'est faire abstraction de tout ce qui contraint une personne pour laisser libre cours à ce qu'elle est.

Une personne est faite de valeur, de goût, d'envie, d'émotion, d'une personnalité, d'une nature.

La période de sociabilisation par laquelle passe chaque individu pendant son enfance, est en quelques sortes, un moment de notre vie où nous oublions ce que nous sommes pour devenir ce qu'il faut être.

 

La vie en Société nécessite que nous apprenions à vivre en respectant des règles afin de pouvoir tous vivre ensemble. Cependant, avec conscience ou inconscience des conséquences, ce mécanisme étouffe la personne. Il est dans l'éducation de nos parents, dans la scolarité, dans la catégorie sociale dans laquelle nous sommes nés, dans la culture de notre pays, dans les coutumes de notre communauté (…). Utilisé comme processus de protection, il est finalement destructeur de l'individualité de la personne.

 

Il est bien plus facile de construire des hommes dans un même moule que de construire un individu en fonction de ses particularités. C'est donc, dès notre plus jeune age, que l'individu est dirigé à ne pas être ce qu'il est. Poussé à devenir un modèle de ce qui est bien être dans la société, dans la famille, dans la vie avec les autres.

 

Et c'est pourquoi, nous sommes nombreux à nous retrouver dans une vie qui est en décalage par rapport à notre personne. A vivre avec un mal être, à ne pas comprendre ce que l'on fait, à ne pas savoir pourquoi nous en sommes là, à finalement ouvrir les yeux alors que nous étions en pilotage automatique depuis tant d'années.

A une période de notre vie, notre « moi » se manifeste. Il désire reprendre la place qui est la sienne. Il en a marre d'étouffer, marre de faire ce qui n'est pas lui, ne supporte plus de dire ce qu'il ne pense pas. Marre de jouer un rôle. C'est ce qu'on peut retrouver dans ce qu'on appelle les crises de la quarantaine, dans les grands virages que font certaines personnes : un ingénieur devient berger en Corrèze. Une DRH devient coiffeuse.

A un moment donné, on a besoin de lâcher le paraître pour finalement : être.

 

Être soi-même nécessite : de détruire les idées reçues, apprendre à se connaître, s'affranchir du regard des autres.

 

Devenir soi nécessite de lutter contre tous les a priori, tous les croyances nées dans notre vie. Comme : un garçon ne pleure pas. Une fille ne court pas. Mon fils, tu auras réussi si tu es médecin. Ne fais pas ces études, il n'y a pas de débouchés. Pour réussir, il faut avoir du talent.Tu me fais honte. Comporte toi en homme. Une femme doit être maman. Les filles sont nulles en math. De toutes manières, tu n'es pas bon à l'école. Tu n'es pas fait pour ça. La vie est comme ça. On ne fait pas ce qu'on veut, mais ce qu'on peut. Il est gros. Tu ne vas pas être boulanger, pense à ton père. Elle n'est pas belle. Elle n'a rien pour plaire. C'est un peureux. Elle n'y arrivera pas. Tu veux rendre triste ta mère. Ça ne se fait pas dans notre famille. (...)

Toutes ces paroles nous ont, petit à petit, éloignées de ce que nous sommes pour devenir de bons enfants, de bon élèves, puis de bons adultes puis de bons parents, … en nous oubliant.

 

Être soi-même, demande  :

- de prendre du temps pour soi pour se connaître. Nous devons faire connaissance avec nous même.

- de s'aimer comme on est. Accepter la personne que l'on est, pour apprendre à vivre mieux avec.

- de casser les habitudes. Comment être soi, si on ne change pas nos actes, notre manière de penser ?

- de vivre en faisant abstraction du « que dira-t-on ». Être soi nécessite de l'être avec les autres en s'affranchissant de leur jugement.

- de se positionner comme étant la priorité de sa vie. Cela ne veut pas dire oublier l'autre, cela veut dire ne pas s'oublier pour être mieux avec l'autre.

 

Il n'y a rien d'anormal à vouloir devenir soi-même...ce n'est pas un caprice, ni une idée du moment. C'est juste un besoin d'être bien avec soi et les autres, dans sa vie.

 

Delphine Poretto

 

DAObySo&Co. 

Me contacter.